Les techniques d’équilibration

L’une des forces et des spécificités de la Kinésiologie, et plus encore de l’Adaptogénèse, et de pouvoir utiliser lors de la phase d’équilibration différentes techniques. Les plus couramment utilisées sont issues de l’histoire de la Kinésiologie : l’Énergétique Traditionnelle Chinoise, les équilibrations musculaires, les méthodes psycho-émotionnelles. 

Il faut noter que le test musculaire en tant que tel ne fait pas partie des techniques d’équilibration. Tel que cela a été dit, il est utilisé pour établir un dialogue avec le corps et l’esprit  et ainsi guider le Kinésiologue tout au long de la séance. C’est également grâce à lui que le Kinésiologue peut détecter un déséquilibre qu’il soit structurel, physiologique, émotionnel ou psychologique.

L’Énergétique Traditionnelle Chinoise

Suite aux premiers travaux de Georges GOODHEART dans les années 60 et développés ensuite par ses successeurs, l’Énergétique Traditionnelle Chinoise à une place importante dans la Kinésiologie, notamment dans le « Touch For Health » développé par John THIE. Ces techniques sont utilisées en Chine depuis plusieurs milliers d’années, et dans le monde entier depuis près de 100 ans.

Les chinois ont très tôt défini le Qi (prononcer Tchi) comme une énergie vitale qui circule dans tout le corps au niveau de « canaux » ou méridiens. Ceux-ci sont identifiés par 361 points situés à la surface de la peau. Une action spécifique avec les doigts sur certains d’entre eux va permettre de réguler, de relancer ou d’apaiser les flux d’énergie sous-jascents. Le Kinésiologue utilise donc ce que la tradition chinoise nomme la digitopressure.

Grands observateurs de la nature, les Chinois de l’antiquité ont très vite identifié 5 éléments majeurs : le Bois, le Feu, la Terre, le Métal et l’Eau. Ils ont décrit des interactions entre ces éléments et ont ainsi défini la loi des 5 éléments. Il s’agit de l’un des piliers de la philosophie chinoise tant elle s’applique à de très nombreux domaines. En Adaptogénèse elle est omniprésente dans les protocoles d’équilibration.

Autre technique utilisée en Kinésiologie : la roue des Energies. Le Qi circule d’un méridien à l’autre selon 12 périodes horaires de 2 heures. L’équilibration de ce rythme circadien, notamment à travers les muscles, constitue l’un des fondements de la Kinésiologie depuis le début de son histoire.

Les équilibrations musculaires

La première séance de Kinésiologie réalisée par Georges GOODHEART a consisté à redonner sa fonctionnalité à un muscle. Aujourd’hui encore les mêmes protocoles sont toujours appliqués quotidiennement. Les muscles utilisés en Kinésiologie sont en lien avec un méridien et par conséquent un organe interne. Tout étant en interdépendance, en rééquilibrant un muscle il est possible d’avoir une action sur le système méridien-organe correspondant. Un exemple : le quadriceps, muscle principal de la cuisse, est en lien avec le système « Intestin Grêle ».

C’est le test musculaire qui va indiquer si un muscle est en déséquilibre. Il va donner ce que le Kinésiologue appelle une réponse « faible » car le muscle ne se verrouille pas lorsqu’il exerce sur lui une faible pression. Pour rééquilibrer un tel muscle, la Kinésiologie fait appel à des techniques issues de l’Ostéopathie. Il s’agit notamment d’exercer un toucher spécifique sur des points du corps dénommés les points réflexes de Chapman et les points neuro-lymphatiques de Bennett.

Les méthodes psycho-émotionnelles

La dimension psycho-émotionnelle de l’individu tient une place très importante dans le champ de la Kinésiologie. Issue initialement du « Concept 3 en 1 », elle a été largement reprise et développée par l’Adaptogénèse.  L’un des outils de base est le Baromètre du Comportement. Il permet au Kinésiologue de cibler un couple d’émotions en lien avec trois niveaux de conscience et qui font écho à l’instant vécu dans la séance.  Le travail sur la dimension psycho-émotionnelle est très souvent associé à des mouvements oculaires.